Billets


Page d’écueil 2

Blaise Cendrars raconte quelque part qu’il traînait l’hiver dans la Bibliothèque nationale avec le poète Pierre Reverdy, surtout parce que la salle était chauffée. Etrange fétichiste du livre, Cendrars se rappelle le sentiment d’étouffement qu’éprouvait Reverdy devant cet entassement de livres. Sentiment qui lui donnait envie de creuser les rayons avec ses ongles comme une taupe pour trouer le papier vers l’air frais et la lumière. Pour mon compte, j’irais jusqu’à évoquer le dégoût croissant devant les étals des librairies où se vautrent la multitude changeante, et pourtant toujours la même, des volumes faisandés de la vie intellectuelle ou artistique. Surtout, le dégoût d’en avoir été, d’en être encore, et sûrement pas pour la dernière fois, même si c’est en général dans un coin et pas pour très longtemps. Alors, ajouter un site internet aux millions d’autres, n’est-ce pas pire encore ? Et pour y mettre quoi ? Des textes épuisés, […]