Une philosophie plébéienne Partie 2 : Une philosophie appliquée


Résumé :

La rencontre qui détermine le niveau d’application de cette philosophie plébéienne est celle du travail de Foucault, mais pas simplement à travers la découverte de ses textes. L’apport de Foucault est à comprendre à travers une certaine utilisation critique de ses concepts à des objets concrets et contemporains. Le premier aspect concerne la manière d’appréhender la question politique ou de considérer l’exercice du pouvoir. Foucault construit un niveau d’analyse qui se place « entre » deux pôles classiques – entre l’idéalité et la matérialité, entre le droit et le fait, entre la vérité et la force. Il ne se pose pas la question de savoir d’où vient le pouvoir, mais pas non plus seulement celle de ses effets, il interroge son fonctionnement. Le pouvoir et la politique comme technologie. Cela conduit au deuxième aspect, le dispositif comme concept clé, ou plutôt modèle d’analyse, des pratiques de gouvernement.

Télécharger le PDF


A propos de Razac

Après des études de philosophie à l'Université Paris 8 dans les années 90 et une période de production d'essais de philosophie politique sur des objets contemporains (le barbelé et la délimitation de l'espace, le zoo et le spectacle de la réalité, la médecine et la "grande santé"). J'ai travaillé pendant huit ans comme enseignant-chercheur au sein de l'Administration Pénitentiaire. C'est dans cette institution disciplinaire que j'ai compris ce que pouvait signifier pour moi la pratique de la philosophie, c'est-à-dire une critique des rationalités de gouvernement à partir des pratiques et dans une perspective résolument anti-autoritaire. Depuis 2014, j'ai intégré l'université de Grenoble comme maître de conférences en philosophie. Je travaille sur la question de l'autorité politique, sur les notions de société du spectacle et de société du contrôle. J'essaie également de porter, avec les étudiants, des projets de philosophie appliquée déconstruisant les pratiques de pouvoir. Enfin, nous tentons de faire vivre un réseau de "philosophie plébéienne", anti-patricienne donc, mais aussi en recherche de relations avec tous nos camarades artisans de la critique sociale.

Laissez un commentaire