Le contrôle virtuel du territoire 1


Conférence donnée dans le cadre du Festival Signal #5 organisé par le CIFAS (Le Centre international de Formation en Arts du Spectacle de Bruxelles). Elle porte sur la colonisation virtuelle de l’espace physique à travers la maîtrise de « calques » virtuelles déclinant la carte planétaire GPS. L’analyse propose de croiser deux objets, a priori sans rapports, le bracelet électronique GPS d’un côté, et le jeu Pokémon Go, de l’autre.

Page du CIFAS: http://www.cifas.be/fr/

Page de Signal #5 : http://www.cifas.be/fr/workshops/signal-5

Page de la vidéo sur Viméo : https://vimeo.com/185783022


A propos Razac

Après des études de philosophie à l'Université Paris 8 dans les années 90 et une période de production d'essais de philosophie politique sur des objets contemporains (le barbelé et la délimitation de l'espace, le zoo et le spectacle de la réalité, la médecine et la "grande santé"). J'ai travaillé pendant huit ans comme enseignant-chercheur au sein de l'Administration Pénitentiaire. C'est dans cette institution disciplinaire que j'ai compris ce que pouvait signifier pour moi la pratique de la philosophie, c'est-à-dire une critique des rationalités de gouvernement à partir des pratiques et dans une perspective résolument anti-autoritaire. Depuis 2014, j'ai intégré l'université de Grenoble comme maître de conférences en philosophie. Je travaille sur la question de l'autorité politique, sur les notions de société du spectacle et de société du contrôle. J'essaie également de porter, avec les étudiants, des projets de philosophie appliquée déconstruisant les pratiques de pouvoir. Enfin, nous tentons de faire vivre un réseau de "philosophie plébéienne", anti-patricienne donc, mais aussi en recherche de relations avec tous nos camarades artisans de la critique sociale.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Le contrôle virtuel du territoire

  • Éric Hénunc

    Mais alors, au delà du contrôle des infractions, le compteur Linky en serait la part presque achevée ( pour l’instant ), innocent petit avatar ? Ou évidente continuité de ce contrôle des corps, avec bientôt simple adjonction d’une « application » ( puisque plus besoin d’être coupable, mais seulement potentiellement « disconvenant » d’avec la prochaine norme, décret … ) et ainsi la présence ( puçage ) nécessaire pour bientôt justifier d’un prétendu service, et donc corollaire, la localisation, et là, joie et complémentarité du télétravail ?!

    Pardon, mais chaque corps doit se trouver à la place qui lui sera dévolue, y exercer une activité à la mesure de ses moyens, assurant ainsi la part que, en fonction de ses besoins, bien compris, il lui aura été attribuée.

    J’exagère à peine, ou pas !

    Bonjour chez vous